© Philippe Lavandy

Ce monde n’est pas fait pour les herbes qui ne poussent pas droit

Avec cette rubrique, Tchak ! veut prendre le temps de dépeindre des personnages au profil atypique, de raconter leur quotidien et de porter la voix de celles et ceux qui jettent sur leur milieu un regard acéré comme une lame de couteau, mais aussi tendre que du beurre. C’est le cas de Philippe Genet, un paysan-boulanger qui cultive ses propres céréales, à Macon, près de Chimay. Le choix du récit à la première personne a été posé afin de mettre mieux en lumière son témoignage. 

Sang-Sang Wu, journaliste | sang-sang.wu@tchak.be

« Grâce à mon expérience, j’appris au moins que si l’on avance hardiment dans la direction de ses rêves, et s’efforce de vivre la vie qu’on s’est imaginée, on sera payé de succès inattendu en temps ordinaire. »[1]

1

À l’heure où blanchit la campagne, je franchis le seuil de ma ferme et prends une grande bouffée d’air. En un instant, elle me rafraîchit les poumons. Je me dirige alors vers notre ancienne roulotte, transformée en poulailler. Je libère la vingtaine de poules qui se jettent sur leur ration de nourriture. Les cochons et les quelques moutons que je possède sont nourris avec les légumes que je produis ici et, pendant que les animaux émettent leurs grognements de contentement, je contemple le paysage typique de la campagne wallonne qui se dessine sous mes yeux. Ses contours se précisent, ses couleurs se réchauffent et la brume matinale se dissipe tandis que le soleil sort de son hibernation. La lumière est belle comme un tableau et face à ce spectacle, je me surprends à penser que, depuis dix ans maintenant, il m’émerveille toujours autant. 

© Philippe Lavandy

Avec ma femme et mes deux filles, nous avons débarqué ici, à Macon, au lieu-dit du Pré aux Chênes, il y a – il me semble – une éternité. Avec notre bécane usée par les kilomètres et nos deux roulottes plantées au beau milieu de six hectares de prairie vierge, on ressemblait un peu à des forains. Nos plus proches voisins non ruminants habitaient à quelques kilomètres de chez nous, à vol d’oiseau, nous offrant la quiétude et le calme que nous étions venus chercher.

© Philippe Lavandy

La vue imprenable sur le village et la compagnie des vaches suffisaient à notre bonheur. Dans le creux de cet écrin verdoyant, nous avions l’impression d’être seuls au monde, à la fois si éloignés et si proches des gens d’en bas. En débarquant de ma région liégeoise natale, l’étranger que j’étais a toujours fait profil bas, mais dès le départ, j’ai été étiqueté, libellé, catalogué, moqué. Pour les uns, j’étais « le baraki » ; pour les autres, « Charles Ingalls ». Pour tous, j’étais un illuminé, un doux rêveur que la vie allait se charger de clouer les pieds sur terre. 

[1] Extrait du livre Walden ou la Vie dans les bois de Henry David Thoreau.

Vous avez lu 15% de cet article. C’est super ! Merci pour votre intérêt 👍🏽 😉. Comme expliqué dans notre campagne de fin d’année (extrait ci-dessous), une info de qualité, cela a un prix juste. Pour lire la suite, on vous propose donc un petit détour par un de nos nombreux points de vente. Vous pourrez y acheter Tchak! pour 16€. L’occasion de pousser la porte du réseau – solidaire – des librairies indépendantes. Un accueil, une écoute, un partage différent. Gaffe: vous pourriez même (re)trouver plaisir à flâner entre piles et rayons. Cela dit, vous pouvez également vous procurer Tchak! dans les coopératives citoyennes de circuit court qui font partie du Collectif 5C; elles sont présentes partout en Wallonie. Ou encore commander Tchak! en ligne. A tout de suite on espère 🤩🟢.

1 comment

  • Portrait du paysan-boulanger
    Profil atypique

    Beau témoignage du paysan-boulanger de Macon. Philippe y décrit son parcours d’installation, comment il a saisi quelques opportunités, le four à remonter, la truie en cadeau, et surtout la possibilité de s’installer paysan sur 6 hectares de prairie vierge qu’il va transformer progressivement en terre à blé. Les militants de la repaysanisation de la Wallonie se posent pourtant une grosse question : trouve t-on dans son récit une structure de ferme à reproduire et à multiplier dans le paysage wallon, une structure qui permette à tout néo-paysan de vivre de son métier de manière durable. Nous avons besoin d’un peu plus de précisions. La terre, le capital, le travail sont les 3 composantes fondamentales en agriculture. Pour ce qui est du capital, OK, il faut autant que possible ne pas s’assujettir aux banques, Philippe y réussit. Le travail, il semble super bien organisé ; on voudrait cependant du plus concret à propos de la vente du pain : à la ferme, sur des marchés, en coopérative ? Reste la dernière composante (en fait, la première) : l’accès à la terre ! Il serait très éclairant pour le lecteur de savoir dans quelles conditions Philippe a acquis le droit de travailler ses 6 hectares de prairie : en a t-il hérité ? C’est super. Les a-t-il achetés ? Sans emprunter c’est très difficile. Ou a t-il signé un bail à ferme avec le propriétaire ? Dans ce cas, il est paré pour toute la durée de sa carrière. Enfin, une autre question importante : Philippe travaille t-il seul sur sa petite ferme/boulangerie ? Son épouse a t-elle le statut de conjoint-aidant ? Ou bien a t-elle un autre job hors la ferme ? …