Bernadette Dhaene, gestionnaire du magasin Paysans-Artisans de Saint-Gérard.
Bernadette Dhaene, gestionnaire du magasin Paysans-Artisans de Saint-Gérard. © Philippe Lavandy

Saint-Gérard: ” Grâce à Bernadette, la vie est revenue “

Dans sa rubrique “Portrait”, Tchak! prend le temps de dépeindre des personnages au profil atypique, de mettre leur quotidien en mots, de porter leur voix. À Saint-Gérard, Bernadette Dhaene « tient » le magasin Paysans-Artisans. Sur les étals, rien que du local et du circuit court, évidemment. En toile de fond, un autre personnage, qui revit aujourd’hui. Surprise et états d’âme.      

Steve Bottacin, correspondant | stevebottacin@hotmail.com

A près de 63 ans, Bernadette a osé repartir à l’aventure. De patronne, elle est devenue « coordinatrice de magasin » salariée. Un court-circuit puis le circuit court… Voilà un chemin qui a du sens. © Philippe Lavandy    

Cela fait plus de vingt ans que je connais Bernadette Dhaene. J’aimerais vous parler d’elle et de ce que je lui dois. Si je ne le fais pas, ce n’est pas elle qui parlera la première. Elle n’aime pas faire des phrases. Elle aurait pourtant bien des choses à raconter. Mais ce qu’elle aime, c’est tenir son magasin : accueillir, renseigner, servir, réassortir, ranger, nettoyer, minutieusement. Depuis que je la connais, c’est ce qu’elle a toujours fait, au fil des jours et des saisons. On pousse la porte de sa boutique et on sait qu’elle sera là, disponible, à l’écoute, sans chichi. C’est ainsi depuis près de vingt-cinq ans. Et c’est ce qui fait d’elle une personne importante à mes yeux. Sans elle, je ne serais pas ce que je suis. 

+++ Cet article est au sommaire du numéro 4 de Tchak!

On m’appelle Saint-Gérard. Je suis un village de l’Entre-Sambre-et-Meuse, rattaché à la commune de Mettet, en Province de Namur. On aperçoit mon clocher pointu sur une crête, entre Floreffe et Maredsous. Longtemps, j’ai été un lieu renommé grâce à mon abbaye bénédictine. Mais c’était dans une autre vie. Plus récemment, j’ai connu des joies plus simples. Les habitants de soixante ans s’en souviennent : on comptait ici, il n’y a pas si longtemps, des bistrots bondés après les messes et les mariages. Tout cela a disparu, balayé par le culte de la circulation (des capitaux, des marchandises, des hommes). Depuis lors, des milliers de véhicules me traversent sans me voir. J’aurais pu mourir, devenir un village-fantôme entre deux villes ou deux zonings. Mais il y a eu Bernadette… 

Arrêtez-vous place de Brogne

Si vous voulez la voir et faire sa connaissance aujourd’hui, il faut vous arrêter place de Brogne. C’est une esplanade triangulaire qui pique en pente douce vers l’Église. Plusieurs itinéraires de randonnées et quelques lignes de bus s’y croisent. A côté d’une boulangerie, une vitrine flambant neuve attire le regard. Le 29 juillet 2020, la Coopérative Paysans-Artisans a inauguré là son cinquième magasin, redonnant vie à l’ancienne boucherie du village. Les murs ont gardé leur carrelage typique mais la vieille chambre froide a disparu, cédant la place à la caisse et au service à la découpe. C’est là qu’officie Bernadette : derrière le comptoir, au centre du magasin, campée sur ses deux jambes (elle n’a pas de chaise), discrète maîtresse des lieux. 

Vous avez lu 30 % de cet article. Une info de qualité, c’est comme un produit de qualité : elle a un prix juste. Pour découvrir la suite, on vous propose donc un petit détour par un de nos nombreux points de vente. Vous pourrez y acheter Tchak! pour 16€. L’occasion de pousser la porte du réseau des librairies indépendantes. Vous pouvez également vous procurer Tchak! dans les coopératives citoyennes de circuit court qui font partie du Collectif 5C; ou encore commander Tchak! en ligne. A tout de suite on espère.

Catégories

S’inscrire à notre newsletter