Cédric Herrou a pour l’instant gagné toutes ses victoires judiciaires. Sa dernière relaxe, en mai, s’est suivie d’un pourvoi en cassation du parquet général de Lyon.
Cédric Herrou a pour l’instant gagné toutes ses victoires judiciaires. Sa dernière relaxe, en mai, s’est suivie d’un pourvoi en cassation du parquet général de Lyon. @ Belga

Cédric Herrou: ” Ce qui choque, c’est qu’on puisse aider des migrants sans contrepartie “

Dans la vallée de la Roya, aux confins des Alpes-Maritimes (France) et de l’Italie, Cédric Herrou, paysan sans histoires, est devenu un héros ou un voyou. Dans sa ferme, il a accueilli des milliers d’exilés voulant franchir la frontière italo-française. Dans son livre Change ton monde, il relate quatre années de lutte, de doute, d’indignation, mais aussi de grands bonheurs et de petites victoires.

Sang-Sang Wu, journaliste | sang-sang.wu@tchak.be

Cédric Herrou, vous vous définissez comme un paysan et pas comme un agriculteur. Pourquoi cette distinction fait-elle toute la différence ? 

Un paysan est quelqu’un qui s’adapte à son pays et à son paysage. Il essaie de se fondre dedans et plus généralement, dans la vie qui l’entoure. Comme il se nourrit lui-même, il essaie d’avoir des polycultures : il produit sa viande, ses œufs, ses légumes. Et le surplus, il le partage avec les autres. Être agriculteur, c’est un métier et il y a donc un but économique derrière. En général, les agriculteurs de taille industrielle ne font pas de l’agriculture pour produire leur nourriture. Être paysan, c’est un mode de vie. Et la différence fondamentale, c’est qu’il se sent responsable de sa localité. Il s’implique dans une certaine dynamique, ce qui le pousse à être solidaire. On l’a vu, dans la vallée de la Roya, les paysans ont été solidaires envers les exilés. Ce sont des personnes sensibles à ce que leur région devient. 

+++ Cet article est au sommaire du numéro 4 de Tchak!
Des personnes attentives à ce que la vallée de la Roya ne devienne pas un endroit où les exilés, mineurs y compris, sont traqués et refoulés en Italie avant d’avoir pu exercer leur droit de demander l’asile… 

Dans sa volonté de lutter à tout prix contre l’immigration, l’État français s’est mis dans l’illégalité. Pour qu’un mineur isolé puisse faire une demande d’asile, il faut que le parquet – le procureur de la République – nomme un représentant légal pour qu’il fasse les démarches de demande d’asile. Or, il n’a pas encadré ces mineurs demandeurs d’asile. Et c’est même pire que ça : les militaires et la police couraient derrière ces gamins noirs dans la vallée pour les maltraiter. L’État ne peut pas nous demander de respecter la loi quand il ne le fait pas lui-même. Nous ne pouvions pas rester inertes face à une telle situation. Et ce n’est pas une question d’être pour ou contre la migration, c’est juste qu’à un moment donné, voir des gens prendre des risques fous et être en galère le long de la route, ce n’est pas possible. 

Ce qui dérange et choque, c’est qu’on puisse aider des migrants sans contrepartie et que c’est forcément par idéologie que l’on fait ça. Mais en réalité, c’est juste tenter de faire respecter les lois et le droit international que la France bafoue. Le préfet des Alpes-Maritimes s’est fait condamner plus de 400 fois par mon avocat pour atteinte et entrave au droit d’asile. Il y a des limites que l’État a franchies. Quand on voit qu’on a un préfet menteur et que la police est utilisée pour défendre une idéologie politique raciste… On se dit qu’il y a une nécessité de lutter.

Depuis juillet 2019, Emmaüs Roya accueille six à sept compagnes et compagnons autour d’un but commun : pratiquer l’agriculture paysanne.
Depuis juillet 2019, Emmaüs Roya accueille six à sept compagnes et compagnons autour d’un but commun : pratiquer l’agriculture paysanne. @ Cédric Herrou
Une lutte non seulement pour faire respecter le droit, mais aussi pour combattre l’injustice des humains ?

Si demain, une loi met en danger des personnes, je me dois de ne pas la respecter. Il ne faut pas simplement voir si c’est légal ou pas, il faut surtout voir si c’est juste ou pas. Après, chacun a sa conscience. Certains me parlent de démocratie, mais il y a des pays où tout le monde est d’accord pour lapider des femmes quand elles ont eu une relation extra-conjugale. Mais ce n’est pas ça, la démocratie ! La démocratie, c’est respecter les individus et les minorités. 

Vous êtes donc également porté par votre engagement politique et une certaine idée de la vie en société… 

On nous demande souvent si ce que l’on fait, c’est humanitaire ou politique. Mais on ne peut pas faire de l’humanitaire sans politique. Tout le monde fait de la politique, au quotidien. On a désolidarisé la vie citoyenne de la vie politique comme s’il n’y avait que les professionnels qui pouvaient en faire. On a fait de la politique un business et les élites vont là où ça rapporte des voix, c’est-à-dire dans la peur, la stigmatisation et le populisme. Éric Ciotti (député des Alpes-Maritimes, du parti Les Républicains, ndlr), c’est un vendeur d’aspirateurs. Je pense que plus personne ne se sent représenté par les partis politiques. Moi, j’avais confiance en l’État et ses institutions, comme tout le monde, même si je me suis toujours revendiqué un peu anar. 

Depuis 2016, votre vie ressemble à une série. Quel souvenir gardez-vous de votre première arrestation ? 
Un brin provocateur, l’activiste de la vallée de la Roya a fait consacrer le principe constitutionnel de fraternité et la liberté d’aider autrui dans un but humanitaire, en juillet 2018
Un brin provocateur, l’activiste de la vallée de la Roya a fait consacrer le principe constitutionnel de fraternité et la liberté d’aider autrui dans un but humanitaire, en juillet 2018. @ Cédric Herrou

Le procureur de la République m’a fait bénéficier de l’immunité humanitaire et m’a presque encouragé à continuer. Et surtout, dans la vallée de la Roya, on a médiatisé notre situation pour que les citoyens comprennent. On a voulu communiquer sur les failles et les irrégularités de l’État et c’est ce qu’il n’a pas supporté. Il y a eu un acharnement contre moi avec les nombreuses perquisitions, gardes à vue et mises en examen. Ce qui énerve le gouvernement, c’est qu’on fasse des choses sans lui. 

Info: Change ton monde, un livre de Cédric Herrou.

Vous avez lu 30 % de cet article. Une info de qualité, c’est comme un produit de qualité : elle a un prix juste. Pour découvrir la suite, on vous propose donc un petit détour par un de nos nombreux points de vente. Vous pourrez y acheter Tchak! pour 16€. L’occasion de pousser la porte du réseau des librairies indépendantes. Vous pouvez également vous procurer Tchak! dans les coopératives citoyennes de circuit court qui font partie du Collectif 5C; ou encore commander Tchak! en ligne. A tout de suite on espère.

Catégories

S’inscrire à notre newsletter