L’effet colibri, ça suffit

TCHAK 17 | NUMÉRO SPÉCIAL ÉLECTIONS

En Une du nouveau numéro de Tchak (printemps 2024), ce titre: L’effet colibri, ça suffit. Au boulot, les politiques !

Non que la légende invitant chacun et chacune « à faire sa part » pour lutter contre l’incendie soit illusoire. Plutôt que la parabole taise une autre morale : l’action individuelle, la force de l’exemplarité, les initiatives citoyennes ne suffisent pas/plus à bousculer des acteurs qui, eux, œuvrent au statu quo. La transition alimentaire patine, les inégalités, elles, s’accroissent ; et le monde agricole s’enflamme, une fois de plus, une fois encore.

Changer le rapport de force nécessite donc d’actionner d’autres leviers, bien plus systémiques. Ça tombe bien ! 2024 est une année particulière en Belgique, avec pas moins de cinq élections au programme. Un agenda qui autorise toutes les remises en question.

C’est la raison pour laquelle Tchak a imaginé ce numéro particulier. Au sommaire, neuf boulots qui touchent à notre alimentation, dont le monde politique pourrait s’emparer. Certains concernent davantage les citoyens, d’autres le monde agricole, mais tous révèlent la fin d’un entre-soi et la nécessité de passer d’une politique de l’agriculture à une politique de l’alimentation.

Autant de pavés dans la mare pour rompre avec le prisme individualiste. Autant de travaux – il en existe bien d’autres – concrets et réalisables, en tout ou en partie, en une législature. Tous réclament un engagement politique fort. Aucun ne permet d’accuser l’Europe de bloquer.

Un road book résolument optimiste aussi. La preuve par neuf qu’un système alimentaire plus robuste et plus durable est possible, à condition de l’ancrer dans l’agroécologie et la justice sociale, de changer nos modes de gouvernance, de rééquilibrer les flux financiers.

À condition, vous l’aurez compris, que le politique prenne le relais de l’individu.

Lire notre édito ici.


élections 2024


1. Le comité d’orientation de Tchak, composé de ses 29 partenaires, s’est d’abord réuni pour élaborer une liste d’une quarantaine de mesures politiques pour la prochaine législature. Un vote a permis de dégager une quinzaine de sujets.

2. Le comité de rédaction de Tchak s’est ensuite penché sur cette liste, pour la réduire à une dizaine de propositions. La rédaction de Tchak s’est enfin emparée de neuf thématiques, qu’elle a investiguées et documentées de manière critique et déontologique.

3. Nos lecteurs et lectrices sont invitées à voter (en bas de page) pour les trois boulots jugés prioritaires après les élections. Nous soumettrons les trois propositions les plus plébiscitées aux partis politiques, en leur demandant s’ils seraient prêts à les défendre.

Neuf boulots pour le monde politique

Ci-dessous, un aperçu des neufs dossiers que nous décryptons dans ce numéro spécial élections 2024.

Boulot 1

Interdire la pub pour la malbouffe

Et si on interdisait la publicité pour la malbouffe en Belgique ? Pour les professionnels de la santé, il est nécessaire de réguler le marketing sur ces aliments riches en sucres, sel et gras. Lire la suite

Boulot 2

Stopper la privatisation des terres

Environ 8% des terres agricoles wallonnes appartiennent aux pouvoirs publics. Des terres parfois
détournées de leur vocation nourricière et régulièrement vendues au plus offrant. Lire la suite

Boulot 3

Des cantines gratuites et de qualité

Offrir des repas scolaires gratuits et
qualitatifs aux enfants est un puissant moyen de faire évoluer l’ensemble de la société. Mais cette mesure est-elle prioritaire, payable et généralisable?

Boulot 4

Limiter l’agrivoltaïsme dans les champs

Dans les pays voisins, des panneaux solaires bourgeonnent un peu partout sur les terres agricoles. En Belgique, une circulaire balise ce phénomène. Pour combien de temps encore ? Lire la suite

Boulot 5

Autoriser les bénévoles dans le circuit court

De nombreuses coopératives alimentaires de circuit court reposent en partie sur du bénévolat. Un flou juridique entoure ce principe, au point de constituer une épée de Damoclès. Et si on légalisait?

Boulot 6

Oser la sécurité sociale de l’alimentation

Et si on achetait sa nourriture un peu comme ses soins de santé ? Chacun cotiserait à la mesure de ses revenus. On appelle ça la sécurité sociale de l’alimentation. Montpellier l’a fait, pourquoi pas nous? Lire la suite

Boulot 7

Réinventer les métiers et les formations

Avec la relocalisation de l’alimentation, de nouvelles perspectives d’emploi émergent. Et des métiers qui requièrent des compétences perdues. Le hic : l’offre de formation ne répond pas à ces nouvelles demandes.

Boulot 8

Rendre le label bio gratuit

Le label bio : un gage de confiance pour les consommateurs, mais une charge financière pour la filière. Les certificateurs, eux, se remplissent les poches. Et si on rendait la certification gratuite ?

Boulot 9

Pas d’argent pour l’agriculture industrielle

L’agroécologie est une solution systémique aux grands défis de ce siècle, tant au Nord qu’au Sud. Pourtant, la coopération belge continue à financer majoritairement l’agriculture conventionnelle.

Interview

La théorie du
consommacteur
est erronée »

Consommacteur : individu informé et éduqué à poser des achats éclairés…. Un postulat sur lequel notre société tente de construire la transition alimentaire. Charlie Brocard, chercheur à l’IDDRI, invite à voir au-delà de ce prisme individualiste, qui nie les inégalités sociales et profite aux multinationales. Selon lui, le monde politique doit oser rebattre les cartes. Lire la suite ici

élections 2024

Votez pour vos trois mesures préférées

Soirées débats

élections 2024

En savoir + sur Tchak et sa coopérative de presse