Numéro 7 Automne 2021

16,00

Au sommaire,

  • Den Berk Délice : les tomates noir-jaune-rouge de la honte.
  • Promotion d’une agriculture de qualité (Apaq-W) : une communication trop lisse.
  • Carrière Carmeuse à Florennes : agriculteurs et riverains paient l’addition
  • Vols alimentaires : et si c’était la société qu’il fallait juger ?
  • Multinationale de la viande : le business avarié du brésilien JBS
  • Boîte à tartines : le symbole de la méritocratie parentale
UGS : N-7--1 Catégorie :

Description

Le 7° numéro de Tchak ! – La revue paysanne et citoyenne qui tranche  sera en vente à partir du mardi 28 septembre.

À la Une, notre enquête Den Berk Délice : les tomates noir-jaune-rouge de la honte. En voici les éléments clés :

  • Avec plus de 70 hectares hors sol, Den Berk Délice est un des plus gros producteurs belges de tomates. Pour assurer la logistique, elle peut compter sur les services de Hoogstraten, imposante coopérative flamande qui fournit la grande distribution en Belgique et à l’étranger. Colruyt, Carrefour et Delhaize font partie de ses gros revendeurs. La chaîne au lion a même mis la marque à l’honneur dans le cadre de sa campagne « Belhaize ».
  • Derrière ce succès commercial – Den Berk Délice est en forte croissance – se cache une autre réalité : pour assurer la production, l’entreprise soumet des centaines d’ouvriers saisonniers à des conditions de travail inouïes. Cadences infernales, horaires qui dépassent les limites légales, pauses insuffisantes, accidents non déclarés, commissions occultes… Les témoignages des travailleurs sont accablants.
  • Contacté, Den Berk Délice affirme que le bien-être de ses travailleurs est un élément central de sa politique de gestion des ressources humaines, tout en reconnaissant que le rythme de travail est élevé « par moment ». Elle explique aussi suivre les prescriptions légales en matière d’analyse de risques au travail. Mais elle ne réagit pas aux affirmations des travailleurs.

Au sommaire, aussi, de ce septième numéro de Tchak! :

  • Promotion d’une agriculture de qualité (Apaq-W) : une communication trop lisse.
  • Carrière Carmeuse à Florennes : agriculteurs et riverains paient l’addition
  • Vols alimentaires : et si c’était la société qu’il fallait juger ?
  • Multinationale de la viande : le business avarié du brésilien JBS
  • Boîte à tartines : le symbole de la méritocratie parentale
  • Clarebout : une victoire citoyenne contre le géant de la frite, si le MR veut bien.
  • Oxyde d’éthylène : une crise qui en dit long sur notre système alimentaire.
  • Agriculture et rémunération carbone: pourquoi pas payer les agriculteurs?
  • Sécurité sociale de l’alimentation : bien manger, un droit universel.
  • Cuisine de quartier: à Bruxelles, un collectif chauffe-coeur.

Et encore : 15 pages sur l’actualité des régions en matière de nouveaux producteurs et d’artisans-transformateurs, de créations de magasins coopératifs ou à la ferme, de luttes paysannes, etc.

La revue Tchak! s’adresse aux producteurs, aux artisans-transformateurs, aux consommateurs. Elle parle d’agriculture paysanne et des nouveaux modèles de production, de distribution et de consommation. Elle questionne les pratiques de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. Elle adhère au code de déontologie de l’Association des journalistes professionnels.

Vous aimerez peut-être aussi…