Vin du Pays de Herve
Jour de vendanges au Vin du Pays de Herve. Michel Schoonbroodt donne les instructions techniques aux coopérateurs. © Gaëlle Henkens

Vin du Pays de Herve : construire et persévérer sans se précipiter

Née en 2017 à Plombières, le vignoble du Vin du Pays de Herve s’étend sur 8 hectares, ce qui représente 40.000 pieds. Trois vendanges, déjà, au compteur, et environ 700 coopérateurs qui ont rassemblé un peu plus d’un million de capital. Parmi ceux-ci, on retrouve W.Alter (200.000 €), un invest public wallon actif dans le financement de projets d’entreprises d’économie sociale et coopérative.

Valentine Stoumon, journaliste

Moment de convivialité après plusieurs heures passées sous la pluie. © Gaëlle Henkens
+++ Ce petit focus fait partie d'un dossier sur les vignobles wallons publié dans notre revue (numéro 11 - automne 2022) et sur le web. Un travail financé par le Fonds pour le journalisme et par Tchak.

« Vin du Pays de Herve est une coopérative qui va continuer à croître, commente Michel Schoonbroodt, un de ses fondateurs. Raison pour laquelle nous voulons être transparents dans les prises de décisions, les comptes, afin de créer la confiance nécessaire à ce développement.»

Pour l’heure, Vin du Pays de Herve ne fait pas encore de bénéfice. « La croissance ne saurait tarder, mais pas de précipitations, précise Michel Schoonbroodt. Nous devons persévérer. La priorité va à la stabilisation des équipes, l’accroissement progressif du domaine et la maîtrise du terroir. » 

La compagnie, qui produit 70 % de vins blancs et 30 % d’effervescents, espère passer à 20.000 bouteilles en 2022. La distribution de la production s’effectue auprès des coopérateurs, dans quelques magasins (pour le Parallèle 50) et dans deux restaurants. 

Vous avez pu lire ce petit focus gratuitement. Notre objectif ? Vous convaincre de l’intérêt de soutenir Tchak, notre coopérative de presse et son projet éditorial axé sur l’agriculture paysanne, l’agroécologie, l’alimentation et les nouveaux modes de production, de distribution, de consommation (coopératives de circuit court, magasins à la ferme, etc).

Au sommaire de nos numéros, des enquêtes, des décrytages, du reportage sur un monde au coeur de la transition, de la société, de l’environnement, de l’économie et de la santé publique. Un travail journalistique qualitatif qui demande beaucoup de moyens.

Comment nous soutenir ? Le mieux, c’est de devenir coopérateur·ice et de vous abonner. Mais vous pouvez également acheter la revue au numéro (16 €) dans le réseau des librairies indépendantes et nos points de vente réseau. Toutes les infos sur notre boutique en ligne.


Partenariat

Collectif